AAC vous rappelle par téléphone pour un rendez-vous pour le test psychotechnique du permis de conduire AAC vous rappelle par téléphone pour un rendez-vous pour le test psychotechnique du permis de conduire
rdv test psychotechnique du permis de conduire suspendu rdv test psychotechnique du permis de conduire suspendu

Nos bilans
neuropsychologiques

Bilan neuropsychologique

Pourquoi consulter ?
Les maladies neurodégénératives entraînent des troubles cognitifs d’apparition insidieuse et d’évolution progressive sur plusieurs années. Chacune de ces maladies se définit par des symptômes cognitifs particuliers. Ainsi le bilan neuropsychologique va permettre une meilleure compréhension :
• Des symptômes du patient.
• Des troubles cognitifs et comportementaux et les secteurs cognitifs préservés.
• Des répercussions psychologiques de ces troubles sur le patient (personnalité du patient)
La première question que pose le praticien au patient porte sur le bénéfice attendu de la consultation (Si il y a prescription médicale appel du médecin) : Qu’attendez-vous de l’examen ? Voulez-vous un diagnostic ? Une image à un temps donné de son fonctionnement global ? Une aide pour récupérer suite à un déficit particulier ?

Bilan Neuropsychologique ou Bilan mémoire ?
La finalité de ce bilan est d’établir un profil neuropsychologique précis qui permet de tester les hypothèses diagnostiques du médecin traitant, du psychiatre ou du neurologue.
• Tout d’abord un entretien pour comprendre le patient et ses symptômes et l’impact de ses derniers sur les gestes de la vie quotidienne (Etablissement de l’anamnèse)
• Déterminer le profil mnésique. Tous les aspects de la mémoire sont mesurés et identification de l’étape de la mémorisation touchée (Encodage, stockage, récupération)
• Contrôler les autres secteurs cognitifs (les traitements visuo-spatiaux, le langage, les praxies ). Evaluation de l’efficience cognitive globale.
• Apprécier la sévérité de chaque trouble.

L’entretien et le bilan neuropsychologique  vont donner lieu à une synthèse écrite qui sera transmise au médecin et au patient. Le patient peut également demander un entretien au praticien pour comprendre son fonctionnement cognitif global.

Votre Neuropsychologue :
Un neuropsychologue est un psychologue possédant de fortes connaissances en neurologie. Diplômée de différentes Universités de France, Mme PERRIER (Université de Clermont Ferrand) et Mme GARINO (Université de Nice) se sont spécialisés dans la neuropsychologie de l’adulte et plus précisément de la personne âgée. Elles se sont donc appuyer sur leurs expériences respectives réalisées en cabinet libéral et ont ainsi formé toutes les équipes régionales de psychologues chez AAC. Le premier réseau de praticien exerçant dans le domaine de la neuropsychologie de la personne âgée venait d’être créé.

Les domaines d’intervention du cabinet :
Le cabinet AAC est en mesure d’intervenir dans la résolution de divers types de problèmes rencontrés, tels que : Perte d’autonomie dans les gestes de la vie quotidienne, Troubles attentionnels et de la perception, Problèmes mnésiques mineurs, Trouble cognitif global ou spécifique, Troubles mnésiques et maladie d’Alzheimer, Démence vasculaire, Démence à Corps de Levy, Dégénérescence Lobaire Fronto-Temporale.

Contactez-nous !

via le formulaire ci-dessous ou au 04 78 32 84 79

Bilan neuropsychologique: description des maladies neurodégénératives

Bilan Neuropsychologique Maladie

Description des maladies neurodégénératives

Les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer sont des maladies chroniques très handicapantes pour certaines et qui se développent souvent de manière lente et insidieuse. Ces maladies provoquent de manière générale une destruction des cellules nerveuses plus communément connues sous le nom de neurones. Les maladies neurodégénératives provoquent de nombreux troubles chez le patient tels que des troubles cognitifs et comportementaux, des troubles sensoriels mais aussi moteurs. En France ces maladies touchent près de 1 million de personnes et le nombre des patients atteints par ces pathologies ne cesse d’augmenter. Le traitement de ces maladies et la prise en charge des patients va devenir un véritable défi pour les générations à venir.

Maladie d’Alzheimer

Maladie neurodégénérative incurable qui provoque une perte lente et irréversible des capacités cognitives et en particulier mnésiques.

Le premier symptôme passe souvent inaperçu il s’agit dans la plupart des cas de pertes de souvenirs (Amnésie) mais cela s’accentue progressivement dès que la maladie s’installe. En effet l’atteinte neurologique progresse de manière irrémédiable et touche ainsi les cortex associatifs frontaux et temporo-spatiaux. On observe alors des troubles cognitifs plus sévères : idées confuses, irritabilité et agressivité, instabilité émotionnelle, perturbation des fonctions exécutives et du langage et perte de la mémoire à long terme. La destruction des neurones avancent ici irrémédiablement jusqu’à la perte des fonctions autonomes et la mort.

Les causes de cette maladie sont encore inconnues mais de nombreuses recherches mettent en avant que des facteurs génétiques et environnementaux contribueraient à son apparition.

Maladie de Parkinson

Il s’agit de la deuxième maladie neurodégénérative en terme de fréquence. Cette maladie touche principalement les personnes de plus de 60 ans. Sur le plan clinique cette pathologie se manifeste par une bradykinésie, une rigidité, des tremblements de repos. Ces trois manifestations constituent la triade symptomatique de la maladie de Parkinson ou encore le syndrome parkinsonien.

Cette maladie connaît une évolution lente et son origine est inconnue. Elle affecte une structure située à la base du cerveau appelé «Substance noire» qui contient des neurones dopaminergiques dont la fonction principale réside dans la libération de la dopamine. Ce neurotransmetteur est indispensable dans la cadre du contrôle des mouvements.

Maladie de Huntington

Maladie héréditaire et orpheline qui provoque une dégénérescence neurologique. Cela engendre d’importants troubles moteurs et cognitifs, la perte d’autonomie et la mort. On distingue de manière générale trois types de symptômes et suivant le profil de la personne certains symptômes sont plus marqués que d’autres.

Les symptômes moteurs : troubles de l’équilibre, difficultés au niveau de l’appareil phonatoire (Troubles de l’élocution, du langage et de la déglutition).

Les symptômes cognitifs : troubles de la mémoire, difficultés pour la planification de tâches multiples, ralentissement du traitement de l’information, difficultés à utiliser les connaissances et compétences acquises.

Les symptômes psychiatriques : anxiété, angoisse, dépression, agressivité, nervosité…

Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA)

Cette maladie, plus communément appelé maladie de Charcot, se caractérise par une dégénérescence progressive des motoneurones du cortex cérébral puis du faisceau pyramidal, de la corne antérieure de la moelle épinière. Cette pathologie provoque une paralysie progressive de l’ensemble des muscles du corps y compris les muscles respiratoires et de l’extrémité céphalique.

La cause de cette maladie est à ce jour inconnue, elle touche les deux sexes et plus fréquemment à partir de 40 ans.

Démence dégénérative

Selon l’OMS, la démence dégénrétaive est un syndrome, généralement chronique ou évolutif, dans lequel on observe une altération de la fonction cognitive (capacité d’effectuer des opérations de pensée), plus importante que celle que l’on pourrait attendre du vieillissement normal.

Elle affecte la mémoire, le raisonnement, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprentissage, le langage et le jugement. La conscience n’est pas touchée.

Une détérioration du contrôle émotionnel, du comportement social ou de la motivation accompagne souvent, et parfois précède, les troubles de la fonction cognitive.

Démence vasculaire

Comme son nom l'indique, la démence vasculaire est causée par des lésions du cerveau d'origine vasculaires. En fait, ces démences sont liées à la survenue d'un accident vasculaire cérébral (AVC): blocage de la circulation sanguine dans un vaisseau du cerveau (ischémie cérébrale) ou hémorragie.

Ces deux types d'AVC peuvent induire des lésions des cellules nerveuses du cerveau et une démence.

L’association entre lésions cérébro-vasculaires et lésions dégénératives est fréquente (Démence mixte), particulièrement chez la personne âgée. La part respective des deux processus pathologiques est difficile à apprécier. Les deux processus pathologique doivent être pris en charge.

Démence à Corps de Levy

La démence à corps de Lewy se manifeste par une présence d’hallucinations précoces (visuelles), de troubles cognitifs fluctuants centrés essentiellement sur les fonctions exécutives (mais aussi troubles visuo-spatiaux), de symptômes parkinsoniens, de cauchemars, de troubles du sommeil paradoxal, de fluctuations de la vigilance, de chutes, d’idées dépressives et délirantes.

Cette maladie se caractérise par des dépôts anormaux d’une protéine appelée alpha-synucléine qui se forment à l’intérieur des cellules nerveuses du cerveau. Ces dépôts sont appelés « corps de Lewy », d’après le nom du scientifique qui fut le premier à les décrire. Les dépôts interrompent les messages transmis par le cerveau.

À l’heure actuelle, la cause de cette maladie est inconnue et ses facteurs de risque n’ont pas été déterminés. Toutefois, les corps de Lewy contiennent une protéine associée à la maladie de Parkinson et se retrouvent souvent dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie de Parkinson ou de la maladie d’Alzheimer. Cela semble indiquer l’existence possible d’un lien entre les trois maladies. A ce jour aucun traitement n’est connu pour cette maladie.

Dégénerescence lobaire Fronto-temporale (DLFT)

Il en existe plusieurs formes et cette pathologie est surtout présente chez les sujets âgés de moins de 65 ans (On note souvent une origine génétique).

Les troubles du comportement inauguraux (apathie, désinhibition) sont prédominants par rapport aux troubles cognitifs.

On peut distinguer deux types de DLFT :

1 Dans le premier cas on a une aphasie primaire progressive ou le patient présente une perte progressive et isolée de l’expression orale spontanée avec un manque du mot ou une anarthrie. On a un bon maintien de l’autonomie qui contraste avec de faibles performances aux tests cognitifs globaux.

2 Dans le second cas on a une démence sémantique qui se manifeste par un trouble de la compréhension des mots isolés ou une perte de reconnaissance des visages oudes objets.